Sophrologie et dépression - Marielle Norindr

J'accompagne les personnes souffrant de dépression.

Cet accompagnement s’effectue en coordination avec les professionnels de santé (médecin traitant, psychiatre) qui suivent la personne accompagnée dans le traitement de la maladie.

Le cas échéant, une coordination avec les autre spécialistes (psychologue, psychothérapeute, psychanalyste) qui suivent la personne accompagnée est également nécessaire.

La sophrologie intervient comme méthode complémentaire pour accompagner les personnes dépressives et pour prévenir les rechutes. Elle agira sur les symptômes.

Qu'est ce que la dépression ?

La dépression, ce n’est pas un mal-être existentiel, ni un « coup de déprime », mais une maladie. Le fait de se sentir triste, d’être « déprimé », d’avoir des « idées noires » ou des difficultés à dormir ne veut pas forcément dire que l’on souffre de dépression.

Les moments de cafard, de « blues », de doute ou de questionnement font partie de la vie. Au fil du temps et des événements, chacun de nous expérimente toute une gamme de sentiments, du plus triste au plus optimiste. À l’intérieur de cette large palette d’émotions, la tristesse, le découragement et le désespoir représentent des expériences humaines normales.

Ces variations et ces baisses de l’humeur ne doivent pas être confondues avec ce qu’éprouve une personne dépressive.

Nous pouvons avoir l’impression de connaître cette maladie sans pour autant en avoir jamais été atteint. L’explication est simple : parmi la large gamme d’émotions et de sensations que nous éprouvons au cours de notre vie, certaines sont très douloureuses.

Nous en concluons hâtivement qu’être dépressif consiste à ressentir plus fortement et plus longtemps de telles souffrances. Et cela nous incite à croire que nous pouvons facilement comprendre ce que vit une personne souffrant de dépression.

Mais la réalité est différente. En effet, avant leur entrée dans cette maladie, les personnes souffrant de dépression ressentaient elles aussi un large éventail d’émotions, agréables ou douloureuses.

Or toutes ces personnes disent que leur état au cours de la dépression est très différent de tout ce qu’elles pouvaient avoir connu auparavant. Les émotions qu’elles éprouvent, les idées qui les traversent sont imprégnées d’une souffrance morale permanente, plus insupportable que toute autre souffrance déjà endurée. Autre différence avec les émotions habituelles de la vie, les personnes ont l’impression d’être coupées de leur entourage.

L’état dépressif se caractérise par un changement profond (une véritable rupture) par rapport au fonctionnement habituel.

Trois éléments principaux sont typiques de cet état :

  • une tristesse inhabituelle, différente d’après les personnes qui souffrent de dépression de la tristesse normale (cette tristesse est particulièrement intense, elle n’est pas «directement» reliée à une cause, rien ne l’apaise, elle se mêle d’angoisse et d’un sentiment de « fatalité ») ;
  • une perte d’intérêt et de plaisir qui touche tous les domaines de la vie ;
  • une association de plusieurs symptômes durables qui entravent douloureusement la vie quotidienne.

La dépression entraîne un « ralentissement » dans tous les registres de la vie quotidienne : vie affective, fonctionnement intellectuel, forme physique, mécanismes vitaux et corporels.

La dépression est une maladie qui peut toucher chacun d’entre nous (quels que soient son âge, son sexe, son niveau social…).
Contrairement à certaines idées reçues, elle ne relève ni d’une « fatalité », ni d’une faiblesse de caractère. La volonté seule ne suffit pas pour en sortir, notamment parce que la maladie provoque un sentiment de dévalorisation de soi et des pensées négatives.

(Source : inpes.santepubliquefrance.fr)

 

Quels sont les symptômes de la dépression ?

Les symptômes de la dépression sont nombreux et varient d’une personne à l’autre et d’un épisode dépressif à l’autre.

Nous pouvons citer les suivants :

  • sensation de manque d’énergie et de force
  • ralentissement général et dérèglement corporel (sommeil, appétit, sexualité…)
  • ralentissement du fonctionnement intellectuel (diminution de l’attention, de la concentration, de la mémoire...)
  • sentiment de vide
  • sentiment d’être absent, « déconnecté »
  • tristesse intense
  • absence d’intérêt et/ou de plaisir
  • hypersensibilité émotionnelle et parfois impression de ne plus ressentir d’émotions
  • manque de sens dans sa vie
  • troubles anxieux
  • perte d’estime de soi et de confiance en soi
  • culpabilité
  • pensées négatives et idées noires...

Quel est le mode d'intervention ?

Je propose aux personnes souffrant de dépression de les accompagner dans le cadre de séances individuelles et/ou de séances de groupe.

Le cas échéant, les séances peuvent avoir lieu au sein de structures spécialisées publiques ou privées (CMP, CATTP, établissements postcure, cliniques), en collaboration avec l’équipe en place.